French Chinese (Simplified) Dutch English German Greek Italian Japanese Korean Spanish

     

 



 

Le Cycle de Salûn - Tome 1 : Une Etrange Destinée
 

Chapitre 3 : Partie 21 : Arôck

 

   Une flèche vint alors se figer, en sifflant, dans la panse de l’animal. Ce dernier s’écroula sur le côté, raide mort, laissant Cécilia pétrifiée et stupéfaite. Maïko s’approcha vivement.

 - « Cécilia ?! Cécilia ?! Ça va ?! » criait-elle de toutes ses forces.

    Cécilia mit quelques minutes avant de répondre :

- « Qu’est-ce... Qu’est-ce qu’il s’est passé ?! »

- « Je ne sais pas... Il y a eu cette flèche, qui semblait venir de nulle part, et puis... et puis... Oh, Dieu soit loué, tu es vivante !! Qu’est-ce que je serais devenue sans toi ?! »

   Sur ce, elle vint se blottir tout contre Cécilia, qui s’était assise, encore toute tremblante. A côté d’elle, la dépouille de la créature gisait dans son sang, qui coulait abondamment, et venait tâcher la robe de Cécilia. Cependant, cette dernière était bien trop choquée pour s’en rendre compte, et... de toute façon, cela importait bien peu!

- « Hum ! Hum ! » fit une voix dans leur dos.

   Elles se retournèrent, surprises et encore pleine d’appréhension. Un homme de forte carrure venait vers elles. Il portait un costume de chasseur vert foncé, et tenait un arc à la main.

- « Jeunes filles ! » fit-il, en tirant son chapeau. « J’espère que tout va bien ? »

- « Ce... ce... oui... » balbutia Cécilia.

- « C’était un Ewög... » reprit-il en regardant la bête. « Dangereux, et dégueulasse à bouffer ! » Puis, se reprenant, il ajouta : « Oh, excusez-moi pour mon langage, je ne suis plus très au courant des usages ! Ça fait trop longtemps que je vis seul ! »

- « Vous... vous m’avez sauvée !! » dit enfin Cécilia.

- « Ça ?! Oh, ce n’était rien ! J’ai beau avoir perdu certains usages, je pense que tout le monde aurait fait pareil ! Pas vrai ?! »

- « Merci ! Merci ! »

- « Allons... Dites-moi plutôt ce qu’une jeune fille et une petite fée, comme vous, faites ensemble au beau milieu de la forêt ?! C’est pas que je voudrais me mêler de vos affaires, mais c’est pas souvent qu’on voit du monde par ici ! »

- « On... On était poursuivi... et on... on a été obligé de se réfugier dans les bois, et puis... on s’est perdu... »

- « Vous étiez poursuivies ?! »

- « C’est une longue histoire... »

- « Venez donc jusqu’à ma cabane, on y sera mieux, et vous pourrez me raconter tout ça ! J’adore les longues histoires ! C’est pas souvent qu’on a du divertissement ! »

- « Merci... Vous êtes aimable, mais... »

- « Allons, n’ayez pas peur, voyez dans quel état vous êtes ! Je ne vais pas vous laisser là ! Ce ne serait pas humain... A peine serais-je parti, que vous tomberiez nez-à-nez avec une autre créature ! Et il y en a de bien plus dangereuses que les Ewögs ! »

- « D’accord... »


   Il les guida donc au-travers de la végétation, jusqu’à une petite cabane de bois, située un ou deux kilomètres plus loin.

- « Voilà, c’est chez moi ! »

- « C’est... c’est sympa ! » risqua Maïko, qui n’avait rien osé dire jusqu’à présent.

- « Oui, c’est moi qui l’ai entièrement construite ! »

- « Vous comprenez ce que je dis ?! » s’étonna-t-elle.

- « Je ne le devrais pas ? »

- « Non, c’est pas ce que j’ai voulu dire, mais... »

- « Je sais, je sais... Seuls les sorciers peuvent parler aux esprits... C’est bien ce qu’on dit ? »

- « Oui... »

- « Alors, vous êtes un sorcier ? » demanda Cécilia.

- « Tout comme toi, jeune fille ! Non, ajouta-t’il ensuite en souriant, je ne fais pas de magie... J’ai simplement appris à parler le langage des fées. »

- « Mais comment ?! »

- « Il y avait un peuple de fées qui vivait ici autrefois, et avec lequel je faisais des affaires. J’étais moins seul à cette époque, mais maintenant, tout a bien changé. Ils sont partis, mais moi, je suis toujours là... »

- « Où sont-ils partis ? »

- « Je n’en sais rien... Ils ne me l’ont pas dit. »

   Cécilia ajouta alors :

- « Mais moi, je n’ai jamais appris le langage des fées ! Ça m’est venu... tout seul ! »

- « Alors, tu es une sorcière ! »

- « Une sorcière ? Non, on m’a dit que j’étais une Elue... »

- « Une Elue ?! Une Elue de quoi ? Par qui ? Jamais entendu une telle ânerie... » Il s’interrompit quelques secondes, avant de reprendre : « Bon, et si on entrait ? Suivez-moi donc ! »